Archive pour le tag 'métro'

Apr 30 2013

D’habit et de moine

Publié par dans Philo à 2 balles,Société

Allez, un petit article de “philo à 2 balles” :)

Nous jouons les personnages créés par les a-priori des autres

N’avez-vous jamais remarqué que notre comportement change suivant les vêtements que nous portons ?

J’en fais l’expérience tous les jours : en jean/t-shirt ou en costume/cravate, mon comportement n’est pas le même : regard, tenue de tête, démarche, … tout est différent ! Même en en étant conscient, je n’arrive pas à m’y défaire :)

Deux forces semblent entrer en jeu :

  • La volonté de paraître
  • Les a-priori

Lorsque nous sommes en costume, nous suggérons un personnage aux autres, qui se l’imaginent à travers leurs a-priori. Ce regard des autres est perceptible et pour ne pas les frustrer dans leur imagination et parce que paraître est plaisant, nous nous mettons à jouer ce personnage. Nous devenons le personnage de l’inconscient collectif.

Les titres sont aussi des costumes

Les titres (Responsable, chef, etc.) modifient également considérablement la façon dont nous nous comportons et dont nous percevons les autres.

Au début d’une de mes missions, je croisais souvent un petit chauve qui longeais les murs en baissant la tête. Ce petit monsieur me paraissait exclu et craintif. Il me faisait presque pitié. Par politesse, Je lui fit régulièrement de grands sourires accompagné de francs “Bonjour !”. Il ne me répondit jamais et ne me renvoyas pas mes sourires.

J’appris par la suite que ce monsieur était en fait le chef du chef de la personne pour qui je travaillais. J’appris que ses collègues le craignait, qu’il était réputé colérique. J’appris qu’il ne disait bonjour qu’à ses subordonnés directs et qu’il considérait les prestataires uniquement comme de la main-d’oeuvre prête à faire ses 4 volontés. Son évitement n’était donc pas lié à de la timidité mais peut être à un certain dégoût des personnes inférieures à son “rang”. Peut être aussi qu’il jouait ce rôle et se servait de sa réputation pour asseoir son pouvoir.

Ce titre et cette réputation changea complètement ma perception du personnage. Si j’avais connu son titre avant de le croiser, je n’aurais certainement pas eu la même approche. Je pense qu’il a du être également surpris de mon comportement et a du se rendre compte que je ne connaissais pas son titre.

Les titres et les costumes dressent des barrières entre les personnes et les amènent à jouer des rôles.

Image et stress

Tout ce paraître est très fragile et peut être brisé facilement : l’homme costumé qui paraissait froid et rigide au premier abord, devient tout à coup abordable suite à un simple sourire.

Casser une image peut être source de stress, surtout quand l’image que nous voulons donner nous semble plus valorisante que ce que nous sommes vraiment. Ainsi, une prise de parole peut devenir très difficile parce que nous savons qu’elle cassera l’image que notre costume et notre mutisme avait réussi à maintenir jusque là.

Poster une réponse

Jun 11 2009

Exploit parisien

Publié par dans Marrant,Société

Aujourd’hui j’ai réalisé ce que j’appellerais un “exploit parisien” !

Tenez-vous bien : j’ai parlé à une inconnue dans le métro (OOOooooohh !) et je l’ai faite rire !! (wwhoooooaaaa !!!)

Ailleurs dans le monde ou même en Province (le reste de la France), ceci n’aurait rien d’extraordinaire… mais dans le métro parisien, où la principale attraction est de compter le nombre de regards qui esquivent le votre et où les gens ont reçu l’étrange pouvoir de tracer tout droit en évitant les autres sans même les regarder, ceci tient bien de l’exploit !

Voici comment je m’y suis pris :

Tout frais débarqué sur le quai, ne voilà t’y pas que j’entends la douce mélodie annonçant la fermeture des portes (à apprécier sans limite en cliquant ici). Paf ! Mon sang ne fait qu’un tour : je fonce vers l’ouverture la plus proche et grâce à un petit saut chaloupé dont seuls les parisiens surentraîné ont le secret, je réussi à me glisser subrepticement entre les 2 portes juste avant qu’elles ne se referment !

Mais là… Bam ! C’est le drame ! Je sens comme quelque chose qui me retiens : ma sacoche de portable (ne contenant que des papiers heureusement) est restée coincée entre les portes et se tient toute seule à 1m du sol alors que le train décolle…

Comme de par hasard, une petite dame se tenait tout près de la porte et a pu admirer toute la manoeuvre aux premières loges. Je la vois en train d’essayer tant bien que mal de ne pas pouffer de rire mais sans y arriver vraiment… honte suprême :D. Pour ne pas perdre la face, j’engage la conversation et je parle de mon cher ami (pardon Akoï) qui avait voyagé plaqué sur les portes en coinçant son sac à dos à l’extérieur du métro ! Du coup, moi c’était pas grand chose, pas de quoi rire :P.

Résultat : ce fut un exploit qui a eu le double avantage de donner un peu de vie à ce trajet en métro et une bonne histoire à raconter le soir :)

La prochaine fois, je le ferais exprès !

Poster une réponse

  • Categories

  • Recent Posts

  • Archives

  • Meta