Maloki

maloki

A la Réunion, un maloki est une personne qui en a gros sur la patate et qui cherche la première occasion pour exprimer toute sa haine refoulée. C’est exactement l’objet de ce fameux tweet qui vise un de mes amis, Loïc.

Explications :

Durant ma période « entrepreneur » à la Réunion, j’ai monté une société de service spécialisée en supervision informatique : Horus Ocean Indien. Pour cela, je me suis associé à un technico-commercial, Irshad, et à une autre société du secteur qui nous a beaucoup aidé durant cette aventure. Horus a également fait appel aux services d’un consultant junior, Loïc, pour certaines missions chez les clients. Il a travaillé via un contrat de sous-traitance en tant que freelance plutôt qu’en CDD, par facilité.

Pour des raisons que je ne détaillerai pas, j’ai quitté Horus et Loïc n’a pas non plus souhaité continuer sa sous-traitance malgré les propositions d’embauche répétées d’Horus après mon départ. Il a continué en freelance spécialisé sur la supervision informatique et a remporté de beaux contrats au détriment d’Horus.

Je connais très bien Loïc. Il a continué en freelance pour de bonnes raisons. Il a remporté ses contrats grâce à ses compétences et les menés à terme avec succès. L’éditeur de la solution phare qu’il utilise l’a d’ailleurs reconnu en tant que partenaire dans la zone et a retiré Horus de cette liste.

Cracher ce genre d’accusation publiquement sur twitter sur un jeune réunionnais brillant, je trouve ça vraiment ignominieux !

… Vous l’aurez compris, maloki ça vient directement de « mal au cul ».

Les mac-addicts

dilbert_macusers

Il existe une catégorie de personnes qui nous agace déjà dans la vie privée et de plus en plus dans la vie professionnelle : les mac-addicts !

Quel téléphone vous utilisez dans l’entreprise ?… Ah… je vais garder mon iPhone alors.

Je n’arrive pas à utiliser mon PC… chez moi j’ai un mac.

Aaargh ! Je me retiens :)

Je suis un pragmatique : j’ai un iPhone personnel et un Windows Phone professionnel. J’ai 2 iPad à la maison et je déploie Windows en entreprise. J’essaie toujours d’utiliser la meilleure technologie possible pour chaque besoin.

Si Apple proposait des produits efficaces en entreprise, ça se saurait (mis à part dans les milieux artistiques, et encore ça se discute). Le constructeur-éditeur a d’ailleurs arrêté sa branche serveur depuis 2010.

La Direction toute puissante

 

dilbert_directionttepuissante

Un des pires travers que j’ai pu constater dans ma carrière est le phénomène de « direction toute puissante » : cette capacité qu’à la direction d’une entreprise à court-circuiter les hiérarchies et par la même occasion à bafouer les compétences de ses collaborateurs dans le but d’imposer un ordre souvent controversé.

C’est très militaire, je déteste ça, et j’adorais ne plus avoir à le subir lorsque j’étais indépendant.

Le summum est atteint lorsque la direction a des manies et veut contrôler par elle-même certains domaines à faible enjeu alors qu’elle n’en a pas le temps ni les compétences. Vous pouvez être sûrs que ces domaines vont subir une chute vertigineuse de performance dans les semaines qui suivent !

En tant que responsable, il faut pouvoir assumer de prendre les meilleures décisions pour l’entreprise… et non nécessairement pour ses dirigeants.

Travailler va-t-il devenir illégal ?

Tel est le titre de l’édito du magazine économique de Océan Indien, Memento, édition Août 2013.

Georges-Guillaume LOUAPRE-POTTIER, rédacteur en chef, écrit ces lignes qui font réfléchir :

Travailler est-il encore nécessaire en France ? Peut-on vivre sans effort ? L’avenir appartient-il à ceux qui ne veulent rien faire ?

« La France s’enfonce inexorablement dans un avenir économique de plus en plus faible. La justice sociale des rémunérations passe-t-elle par celle du temps de travail ? L’avenir du travailleur récompensé par ses efforts ne semble plus être un objectif gouvernemental. La favorisation de celui qui ne fait rien au détriment de celui qui travaille est-elle devenue un argument politique ? Au vu de l’accroissement du nombre de chômeurs, il faut malheureusement croire que oui. Sous couvert de justice sociale, le message politique est très clair : lorsque vous travaillez trop, vous serez dans l’obligation de redistribuer votre surplus d’effort pour le donner à celui qui travaille peu ou pas. La solidarité du partage de ce temps de travail va indiscutablement fatiguer ceux donnant beaucoup, qui sont toujours les mêmes, et force est de constater qu’au final, malgré l’augmentation de leurs cotisations en faveur de cette solidarité, cela ne produit aucun dynamisme, ni remerciement, ni honorabilité auprès de ceux qui se laissent vivre sans aucune obligation de participation à la vie collective d’un pays. Ont-ils tort de profiter du système ? Absolument pas ! Pourquoi user ses muscles dans un travail lorsque quelqu’un d’autre s’en charge ? Ne rien faire est tellement facile et la mode actuelle est à celui qui en fait le moins. »

 

Le trait est forcé, mais en tant qu’entrepreneur c’est bien ce que je ressens. Merci Monsieur de le dire si haut et fort !

Simili-réunionnais ou culture de la différence

Je croisais régulièrement sur Paris ce que j’appelle des simili-réunionnais… Ce sont des métropolitains qui se présentent comme des réunionnais mais qui n’ont en général de réunionnais que leurs parents.

Ce sont eux que l’on voit arborer des t-shirt 974, des chaînes en or avec une carte de la Réunion, ce sont eux qui traînent dans les boîtes antillaises le week-end et qui dansent sur de la musique simili-réunionnaise qui ne passe pas à la Réunion.

Les simili-réunionnais, comme beaucoup de personnes, essaient simplement de se démarquer des autres et de revendiquer une différence.